Hello hello les gros pecs en devenir.

Aujourd’hui est le grand jour, il est temps de parler de cette immense plate-forme, sur laquelle on peut partager nos prouesses quotidiennes, j’ai nommé mon cul Instagram.

1/ Instagram et les gros pecs, une histoire de courte date

Bon alors comme vous pouvez le voir, le mien est très peu fourni (mon Instagram, hein) , et le peu de choses présentes sont pour le moins… peu trépidentes, plait-il ? Entre des photos de voyages, deux trois figures à moitié ratées, des cheatmeals, ET UN PEU DE REPAS DIETS QUAND MÊME, y’a de quoi trouver vite mieux, mais l’amour est là et c’est le plus important.

Vous imaginez donc ma surprise et mon enjouement quand je me retrouve avec 39 likes sur ma dernière vidéo postée au bout de 20 minutes. Oui oui, 39 likes en 20 minutes, on dirait j’ai 300 abonnés quoi (alors que non, mais la barre des 100 avec 98 fakes devrait être dépassée prochainement, inshallah comme on dit chez nous). Sauf qu’Instagram, pas bête la guêpe avec son gros dard là tchip il informe aussi sur le nombre de personnes qui ont vues la vidéo (ce nombre s’incrémente chaque fois qu’une nouvelle personne a regardé la vidéo PLUS DE 3 SECONDES, d’après mes recherches, c’est le temps minimal d’une vidéo et aussi le temps à laquelle la comptabilisation commence).

De ce fait, il m’arrive souvent de me retrouver avec 39 likes et…. 5 vues !

Alors oui bon, mes vidéos, c’est pas des prouesses incroyables, MAIS ENCORE QUE, ça pourrait être le cas, laissez moi au moins le bénéfice du doute quoi, vous voyez un mec avec des gros pecs en devenir, donnez lui sa chance zut alors !!!!

2/ La conclusion facile

Bref, outre mes petits caprices de blogger et instagrammer depuis 3 semaines, Insta ça reste super cool, et si vous voulez suivre des personnes un peu monstrueuses, je vous en laisse 2-3 ici pour voir des grosses figures entre deux gros pecs (parce que ouais je suis pas rancunier) :
olcalisthenics_91, dsworkout, Thenx (pour les chaines qui squattent, je pense que vous saurez vous débrouiller, hein).

Voilà c’est la fin de ce petit article pour vous partager ma miséricorde et mon impopularité exemplaire, qui, je n’en doute pas, ne devraient être que temporaires.